Critique : édition Signature US de Blanche-Neige et les 7 nains

Le 2 février dernier, Blanche-Neige et les 7 Nains ressortait en Blu-Ray et était cette fois proposé en copie digitale pour la 1ère fois, dans une édition « Signature ». Je vous présente ma critique de cette édition.

Mon avis

Blanche-Neige et les 7 Nains est inspiré du conte des frères Grimm, paru au 19e siècle. Celui-ci est le tout premier long-métrage des studios Disney et il est sorti en 1937.

À l’époque de sa sortie, Walt Disney voulait produire un long-métrage, et ce seulement après avoir fait la série de Mickey et des Silly Symphony. Pendant sa production, Walt va mettre énormément de coeur durant à la conception de ce film. Son oeuvre « Blanche-Neige et les Sept Nains » réussit-il à éblouir son public ? Au final oui, bien plus qu’espéré même.

L’histoire est très bien ficelée, on sent le cœur mis à l’ouvrage dans l’histoire. Le film est plein d’humour, d’émotions et les personnages sont vraiment haut en couleur et très attachants tout au long du film.

Blanche-Neige est non seulement la première Princesse de Disney, mais c’est aussi celle par qui tout a commencé. Bien que je ne sois pas énormément fan de ce personnage et qu’elle ait assez mal vieilli (notamment sa tenue, qui reste trop ancrée dans son époque, contrairement à Aurore (La belle au Bois Dormant) ou Cendrillon notamment, elle a son charme d’époque et incarne la gentillesse, la douceur et aussi l’innocence pure.

Les nains restent assez drôles dans l’ensemble et ont des personnalités propres, contrairement à la version du conte. Mon préféré reste Atchoum, il me fait rire lorsqu’il éternue, au point de faire du vent, c’est amusant. Que ce soit Timide, Dormeur, et surtout Grincheux, ils ont tous une personnalité qui fait que chacun a son nain préféré et qu’on a tous de l’affection pour au moins l’un d’eux.

Mais le personnage qui reste incontournable est La Méchante Reine (mon personnage préféré dans ce film). Elle fait non seulement partie des plus méchants Disney les plus charismatiques, mais elle est aussi impressionnante par sa froideur. Son côté très cruelle et glaciale donne parfois des frissons. Même sa transformation en sorcière en a traumatisé plus d’un. C’est une des plus grandes méchantes de l’univers Disney. On peut toutefois regretter Le Prince qui est trop peu présent durant le film.

Les paysages sont de toute beauté et sont une prouesse pour l’époque. Bien qu’ils aient assez mal vieillis, il restent cependant beaux pour l’époque. On voit clairement tout le soin apporté aux dessins, aux paysages et
même aux personnages. Notamment la forêt de Blanche-Neige, qui est un parfait exemple. La B.O (musique du film) est vraiment très bien faite et reste mémorable.

Toutes les chansons du film restent en tête, que ce soit « Un Jour mon Prince Viendra », « Sifflez en travaillant », « Hé Ho » ou encore « Je souhaite » (je les aime tous, sauf la chanson du bain des nains). Même les instrumentaux restent en tête, notamment la fuite de Blanche-Neige ou la tyrolienne des Nains.

Même si il ne fait pas vraiment parti de mes préférés, le film d’animation « Blanche-Neige et les Sept Nains » reste un très beau film qui a marqué l’histoire du cinéma. C’est un film que j’aime revoir et devant lequel je passe toujours un bon moment.

Image

Parlons de cette édition maintenant. Elle propose un transfert remarquable. Il s’agit du même transfert que celui effectué en 2009 pour la sortie en Blu-Ray et c’est un très bon retour ici. Le transfert est toujours de toute beauté et ça fait du bien d’avoir son retour ici. Tous les fans qui ne possèdent pas l’édition précédente seront impressionnés par celle-ci.

Menus et langues

Le menu est animé et présente le menu avec le pinceau, peinturant les moments du film. Fini le miroir magique des édition précédentes, on a droit à un menu sobre, élégant et collant bien au style du film. En plus, le menu est interactif et il se souvient de où vous vous êtes rendu dans le film si vous fermez votre lecteur Blu-Ray.0

Le film est proposé en anglais DTS-HD 7.1 et mono, en français et en espagnol Dolby Digital 5.1.

Bonus

Cette édition a marqué la fin des collections Platine et Diamant, mais c’est aussi le début de la collection « Signature ».

Ce film a toujours eu droit à un excellent traitement, autant en VHS, qu’en DVD et plus tard en Blu-Ray. L’édition Platine, parue en 2001 est la référence dans le département des bonus, où on entre vraiment dans les coulisses du film. Il y avait une quantité interminable de bonus (ça pouvait prendre deux semaines pour tout regarder). L’édition de 2009 était très bonne aussi, offrant 3 à 4 heures de bonus. Pour cette édition, on retrouve la plupart des nouveaux bonus ajoutés en 2009, ainsi que plusieurs nouveaux bonus inédits.

Cette édition marque le retour de la fonction Disney View. Il s’agit de la même chose qu’en 2009, donc rien de différent par rapport à l’édition précédente.

Parlons du bonus exclusif à la copie digitale et qui est absent du Blu-Ray. Il s’agit du court-métrage de Oswald : Hungry Hobos, qui a été retrouvé en 2011 et est présenté pour la première fois au public, mais exclusivement en téléchargement.

Maintenant, passons au Blu-Ray. Le premier bonus inédit est Quand Walt parle de Blanche-Neige, une interview datant de 1956 où Walt Disney parle de tout le travail effectué sur le film, de la conception jusqu’à la sortie du film.

On passe maintenant à Iconographie, un bonus qui permet de dévoiler des affaires créatives inspirés de Blanche-Neige, dont la pomme empoissonnée en Lego.

On a aussi @DisneyAnimation : Le design de la première princesse. Ce bonus n’a rien à voir avec ceux de La Petite Sirène ou de La Belle au Bois Dormant, il parle des design du personnage de Blanche-Neige avant sa forme finale dans le film. C’est un bonus intéressant qui fait un complément à la galerie d’images des designs de Blanche-Neige présente sur l’édition précédente.

Le prochain bonus est : Ce que vous ignorez sans doute sur Blanche-Neige. C’est un bonus sur les anecdotes du film, narré par Sofia Carson. Cependant, ce supplément est totalement inutile et n’apporte aucune information de plus sur le film.

Le prochain est Blanche-Neige en soixante-dix secondes, un bonus rap qui raconte l’histoire du film. Rien d’intéressant donc pour le public.

S’en suit ensuite la séquence alternative sur la rencontre de Blanche-Neige et le Prince, qui fut prévue à l’origine avant d’être remplacée par la séquence actuelle. Pas très différente de celle du film, c’est un beau document à découvrir et à voir absolument.

Ensuite, deux bonus de l’édition précédente ont été organisé différemment de l’édition précédente. Le premier est le making-of, effectué en 2009 pour la sortie Blu-Ray. Sur l’édition précédente, le making-of durait 18 minutes, ici, il fait plus de 30 minutes. Quelques bonus des studios Hypérion ont été couplés sur le making-of de 18 minutes (par exemple, le bonus sur les gags) et le résultat est excellent. Un excellent making-of et un accouplement réussi, la transition se fait très bien. Bravo Disney !

Le deuxième est Le Studio Hypérion. Sur l’édition précédente, c’était une visite interactive des studios Hypérion qui proposait du contenu tel que des galeries d’images ou des courts-métrages. Ici, les très courts documentaires ont été réunis en une seule vidéo et nous entraîne dans la visite des studios avant qu’il soit détruit.

Le reste des suppléments sont des bonus tel que présentés sur l’édition précédente. Il y a les documentaires Donner vie à Blanche-Neige, Décodage de la feuille d’exposition et Blanche-Neige revient, deux réunions de travail Les nains et Le chasseur, le documentaire Les voix sur les personnages et le seul bonus de 2001 repris ici : le commentaire audio.

Nous regretterons l’absence des 7 court-métrages (tous en HD sur l’édition précédente), des galeries d’images ainsi que des anciens bonus de 2001 (sauf le commentaire audio).

Le Blu-Ray vient avec un DVD et une copie digitale du film.

Conclusion

Blanche-Neige et les Sept Nains marque un bon retour en Blu-Ray. Il est proposé avec un excellent transfert, qui est le même qu’en 2009. Pour ceux qui n’ont pas l’édition précédente, ce Blu-Ray aura de quoi ravir les fans de l’animation, sinon, passez-y, car l’image et le contenu reste le même que l’édition précédente (au delà de l’absence du disque bonus).  Recommandé !

Articles associés

A propos de WCD199317

Je suis le modérateur de Disney Magie. Je suis passionné de films d'animations, de musique, de doublages, de littératures et des sorties vidéos.
Bookmarquez le permalien.

5 Comments

  1. Excellente critique WCD, je m’attendais à ça. C’est dommage que les bonus de 2001 ne soient pas tous repris car il y a des suppléments vraiment très intéressants comme des spots radios, c’est quand même très rare de voir ça dans les bonus d’un DVD, alors c’est d’autant plus appréciable, surtout quand on est fan de Disney. 😉

  2. Euh une petite question je voudrais l’offrir mais est-il lisible en France :-)

    • Le blu-ray est bien lisible sur tous les lecteurs du monde. Par contre, le DVD (inclus avec le blu-ray) est zoné.

  3. Dis-moi WCD, tous les Blu-Ray sont lisibles sur tous les lecteurs partout dans le monde, ou c’est juste le cas de certaines éditions comme celle-ci ?

    Parce que je dois t’avouer que je pensais que les Blu-Ray étaient soumis aux règles de zonage comme les DVD :/. Si on peut vraiment lire un Blu-Ray US en France, c’est très intéressant :), car certaines éditions US ne verront surement jamais le jour en France, et ce même s’il y a une piste audio VF…

    • Depuis le blu-ray d’Alice, le DA de 1951 (sorti en février 2011), tous les blu-ray Disney sont zone Free, donc lisible sur n’importe quel lecteur. Les précédents blu-ray comme Blanche-Neige et La belle au bois dormant (première édition seulement, pas la nouvelle) sont zonés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>