Le Bossu de Notre-Dame, un pur chef d’oeuvre d’animation

bannière

Sorti dans les salles françaises en 1996, Le Bossu de Notre-Dame est directement inspiré d’un célèbre roman. Le film de Disney n’a pas fait autant succès que Le Roi Lion ou La Belle et la Bête, et pourtant, ce film-là le méritait vraiment, en voici les raisons.

Un héros pas comme les autres

Alors que les films dans leur globalité montrent presque toujours un héros beau, fort et courageux, ce film d’animation des studios Disney met en vedette un jeune homme difforme. Il s’appelle Quasimodo, il est laid et vulnérable (enfin, au début :D).

A le voir, il n’a rien d’un héros comme on l’imagine toujours. Et pourtant, c’est bien lui le personnage clé du film (même si la vraie star, c’est la cathédrale en fait :)). Voilà le premier point positif du film : un personnage difforme qui inspire plus de la sympathie que de la frayeur. Niveau dessin, c’est une sacré prouesse, donner un visage à un bossu qui ne fera pas peur aux enfants, ce n’est pas évident…

Une qualité graphique exceptionnelle

Décor du film Le Bossu de Notre-Dame

Vu plongeante de Notre-Dame de Paris dans Le Bossu de Notre-Dame

Les animateurs ont considéré la cathédrale Notre-Pame de Paris comme un personnage à part entière, et ça se voit !  Elle vole littéralement la vedette à Quasimodo et tous les autres personnages, on ne peut être qu’admiratif devant la beauté et le détail du dessin.

Les couleurs chaudes inspirent la bonne humeur, on admire aussi la foule lors de la Fête des Fous, une prouesse technique pour l’époque. Chaque personnage est animé avec soin, et on sent bien que chaque artiste du studio a pris plaisir à travailler sur ce film.

Des personnages attachants

Rares sont les films de Disney où un ou plusieurs personnages ne sont pas attachants. Dans Le Bossu de Notre-Dame, on s’attache principalement à ce pauvre Quasimodo, on l’aime malgré sa laideur et on admire surtout son courage et sa force.

Pour ma part, je me suis aussi beaucoup attachée à Clopin, Esmeralda et même Djali (la chèvre d’Esmeralda). :) Clopin n’apparaît pas beaucoup dans le film mais son air sympathique m’a tout de suite plu. En fait, c’est le personnage qu’on est surpris et content de revoir de temps en temps.

Esmeralda est certes très belle, mais c’est son caractère qui l’a rend attachante. J’ai reconnu en elle certains traits de ma personnalité. Et en somme, je suis assez contente de savoir qu’au fond, c’est un personnage qui me ressemble. :) C’est d’ailleurs mon personnage préféré dans le monde de Disney 😉

Un méchant bien cruel

Le Juge Claude Frollo

Le Juge Claude Frollo dans le Bossu de Notre-Dame

Le Juge Claude Frollo est l’un des méchant de Disney parmi les plus cruels. Avec ce personnage, Disney ose les sujets sensibles comme le racisme, la religion et le sexe. Le tout est mené avec prudence, les adultes comprendront les messages que le film véhicule, là où les enfants n’y verront que de la simple méchanceté.

Frollo est un personnage important qui force l’admiration. Je ne l’aime pas (on se demande bien qui l’aime d’ailleurs…), mais j’étais ravie de voir un vrai méchant dans un film de Disney. Il ne cherche pas le pouvoir car il l’a déjà. Non, Frollo cherche à obtenir ce qu’il ne peut avoir. Il impose ses principes à la ville de Paris. Il se moque des sacrifices humains à faire du moment que sa vie n’est pas en jeu. Sa haine pour les bohémiens le rend dangereux, son amour pour Esmeralda le rend fou, et le tout conduira à sa perte.

Une musique extraordinaire

Tout le monde n’aime pas ce style de musique, moi je ne suis pas particulièrement fan des chants d’églises. Mais là, les paroles et la musique sont si bien orchestrés, que j’écoute la bande originale du film avec grand plaisir.

Le mélange de latin lui apporte une touche bien particulière, Alan Menken, comme à son habitude, nous livre ici une musique incroyable et mémorable. Un pur bonheur pour nos petites oreilles.

Un scénario audacieux !

L’histoire de Notre-Dame de Paris selon Disney aura fait polémique, ce n’est peut-être pas l’adaptation dont tout le monde rêvait. Mais qu’importe, cette version tient la route et offre un bien joli spectacle.

Le film s’inspire du roman mais ne le copie pas, il raconte une autre histoire avec les mêmes personnages, les mêmes décors, la même époque. Il offre à nos héros une autre destiné, et une place certaine dans le coeur des fans de Disney. :)

Ce n’est que mon avis… 😉

Certains me diront que j’ai oublié de mentionner le fait que l’histoire dénature complètement l’oeuvre de Victor Hugo. Difficile de démentir ce détail là, mais je comprends le choix de Disney de ne pas avoir fait du Bossu de Notre-Dame une adaptation fidèle du roman dont il s’inspire. Les puristes ont été déçus car le titre en disait plus long qu’il n’y paraissait. Moi, au contraire, j’ai été surprise et enchantée par le spectacle. :)

Je pense que Le Bossu de Notre-Dame méritait de nombreux oscars. A la fois pour sa qualité visuelle et auditive, mais aussi pour toutes les prises de risques. Disney a fait preuve de beaucoup d’audace avec Le Bossu de Notre-Dame, et je ne peux que tirer mon chapeau devant un tel film.

A mes yeux, le long-métrage Le Bossu de Notre-Dame est un pur chef d’oeuvre de l’animation 2D, et de loin mon préféré de tous :)


A lire aussi :

Le Bossu de Notre-Dame, une adaptation pas si ratée que ça !

Articles associés

Daya

A propos de Daya

Passionnée par l'animation, et particulièrement par Disney, j'aime beaucoup les films d'animation d'hier et d'aujourd'hui. Je suis la créatrice de ce blog et du site internet "Disney Magie".
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>