Vice-Versa, le film qui nous raconte ce qu’il se passe dans nos têtes

bannière

Après 1 an d’attente, Pixar revient en force et nous sert un nouveau grand film d’animation. Vice-Versa (Inside Out) est le dernier bijou des studios et signe encore un concentré d’humour, d’imagination, mais surtout… d’émotions !
J’ai eu le plaisir de découvrir le film cet été au cinéma, et je vous dévoile ici toutes les raisons d’attendre sa sortie en vidéo, en n’oubliant pas de vous préciser les petits points négatifs, bien sûr !

Une histoire originale, pleine d’émotions

Affiche française de Vice-Versa

Affiche française de Vice-Versa

Et c’est peu de le dire puisque l’histoire tourne autour des émotions d’une petite fille à l’âge de la pré-adolescence.

Le récit est inédit, une histoire originale telle que Pixar sait les inventer, et une idée toute trouvée : que se passe-t-il dans la tête des gens ? Le concept est sympathique et laisse place à l’humour avec un grand H. Dans la vie de tous les jours, nos émotions guident nos actions. Dans le film Vice-Versa, ce sont les émotions de Riley (la petite fille dont je vous parlais) qui vont littéralement guider son comportement.

Bien sûr, il existe énormément d’émotions et on imagine le bordel que ce doit être pour prendre une décision. Pour simplifier un peu les choses, les studios Pixar en ont gardés 5 : Joie, Tristesse, Dégout, Peur et Colère. Chacun a une couleur qui lui est propre. Tristesse est en bleu étonnamment, mais il est facile de deviner qu’elle devait sûrement être en noir ou en gris au tout début de la production.

Le film est partagé entre deux univers, d’un côté il y a Riley. Elle vit avec ses parents dans une jolie maison, fait du hockey sur glace et semble vraiment très heureuse. Malheureusement, un jour ses parents décident de déménager et tout se bouscule dans sa tête, c’est peu de le dire…

Riley dans Vice-Versa

Riley dans Vice-Versa

D’un autre côté, il y a les 5 émotions dans la tête de Riley. Joie est un peu le chef de la bande, elle veut par dessus tout le bonheur de Riley et s’efforce à mettre de la « joie » dans toutes les journées de la petite fille. Peur évite à Riley de prendre des risques inconsidérés, il est aussi une touche d’humour bien particulière. Colère est la partie caractérielle, rebelle. Dégoût aide la jeune fille à faire les bons choix, principalement esthétique, et lui évite des situations gênantes. Enfin, Tristesse est une émotion indésirable mais aussi importante que Joie.

Les émotions de Riley : Colère, Dégout, Peur, Joie et Tristesse

Les émotions de Riley : Colère, Dégout, Peur, Joie et Tristesse

Les émotions vivent dans un univers appelé « Le Quartier Général », une console leur permet de déclencher une action sur Riley. Chaque moment de joie, de peur, de colère, de dégoût et de tristesse est transformer en bille à la couleur de l’émotion. Chaque bille de souvenir est transférée à la mémoire à long terme, elle va dans une « île » selon sa catégorie. Il y a par exemple l’ile de la famille où sont stockés les souvenirs de moments précieux passés en famille, l’île de la bêtise qui réunis bien sûr toutes les petites bêtises de Riley, l’île de l’amitié aussi qui conserve les moments de complicité avec ses amis. D’autres îles existent et se créent en fonction des besoins.

Un film qui se veut éducatif, malgré lui

Indirectement, Pixar dévoile dans son film une partie du fonctionnement de notre cerveau, particulièrement la gestion de notre mémoire. Bien sûr, dans la réalité, vous n’avez pas des petits personnages hauts en couleurs dans votre tête qui décident de vos actions pour vous aider à passer une bonne journée. Et il n’y a pas d’île de la Bêtise, même si vous ne seriez pas étonné(e) d’en avoir une vous aussi. Non, il n’y a pas tout cela, mais il existe bien dans notre cerveau, une gestion de la mémoire. Par exemple, quand Joie parle de « mémoire à long terme », ce n’est pas une expression inventée, c’est également comme cela que l’on appelle notre mémoire « à long terme », celle qui stocke nos souvenirs d’enfance.

Joie dans la mémoire à long terme

Joie dans la mémoire à long terme

Un autre exemple, la nuit quand on dort, notre cerveau fait un petit ménage dans nos souvenirs, il range les moments précieux, supprime les informations inutiles et nous prépare à une nouvelle journée. Dans le film, c’est aussi ce qu’il se passe, la petite équipe dans la tête de Riley transfère toutes les émotions de la journée à la mémoire à long terme, et elle fait le tri.

Le film illustre de manière simpliste la gestion de notre mémoire, mais reste assez proche de la vérité. Personnellement, je trouve que c’est une bonne idée d’inclure des éléments éducatifs dans un film d’animation, cela accroit son intérêt et permet aux plus jeunes d’apprendre en s’amusant.

Un générique de fin à l’humour mémorable

« Le meilleur pour la fin », l’expression n’a jamais eu autant sa place dans la critique d’un film. En effet, une fois le film terminé, on reste scotché sur son fauteuil pour regarder le petit générique de fin. C’est une sorte de bêtisier sans en être un, mais c’est surtout un pur délice pendant lequel ne pas rire sera difficile.

Vice-Versa

Tout au long du film Vice-Versa, on découvre ce qui se passe dans la tête d’autres personnages, et particulièrement dans le générique de fin

Pixar, pour marquer une fin en toute beauté, nous invite tout simplement à entrer dans la tête des gens. On verra ainsi ce qui se passe dans la tête d’un chauffeur de bus qui récupère des écoliers, et je ne cite là qu’un exemple. Le plus hilarant reste ce qui se passe dans la tête d’un chien, ou mieux, d’un chat. Ceux qui ont un animal de compagnie à la maison comprendront tout de suite mieux certaines situations de la vie quotidienne. 😉

Le générique de fin est ma scène préférée, et en allant voir le film, jamais je n’aurais imaginé adorer autant la surprise laissée par Pixar une fois le film terminé.

Une version 3-D décevante

Le film a de nombreux points positifs, et j’ai peu de raisons de vous dissuader de le regarder. Mais j’ai tout de même un point négatif à signaler, et il concerne la version 3-D.

Vice-Versa

En effet, n’espérez pas des effets aussi spectaculaires que ceux proposés dans le film « Maléfique » car vous serez déçu du spectacle. Les effets 3-D dans Vice-Versa sont minimalistes, et on se demande même où est l’intérêt de proposer une version 3-D quand elle n’a rien à envier à une simple version 2-D.

Conclusion : allez voir le film !

Honnêtement, il serait dommage de ne pas voir Vice-Versa. Ce film est rempli de bonnes idées et garantit un bon moment. J’ai même envie de le revoir. Et puis qui sait ? Ce sera peut-être votre film Pixar préféré. Pour ma part, je ne considère pas que c’est le meilleur du studio, mais il est certain qu’il a bien sa place dans la prestigieuse collection des films d’animation des studios. Un grand film d’animation digne de Pixar et de son talent.


Les émotions de Vice-Versa

LES PLUS +

  • Une idée originale, les studios Disney/Pixar entrent dans la tête d’une petite fille, et dans ce contexte,  l’imagination n’a plus de limite.
  • Vice-Versa informe indirectement sur le fonctionnement du cerveau humain au niveau de la gestion de notre mémoire, c’est un film d’animation qui se veut donc un peu éducatif, et c’est salutaire.
  • Beaucoup d’émotions, surtout vers la fin du film, mais aussi beaucoup d’humour tout au long du film.
  • Un générique de fin qui séchera les dernières larmes puisque le meilleur du film est à la fin.
  • Un concentré de couleurs, d’imagination et de beaux décors.
  • Une histoire bien pensée et bien ficelée, comme seul Pixar sait les inventer et les raconter.
  • Il y a tellement de différences entre les personnages qu’on finit forcément par s’attacher à l’un d’eux.
  • Graphiquement, le film est impeccable et on reste admiratif devant tant d’effets visuels.

LES MOINS –

  • Peu d’effets 3-D dans la version 3-D. Cette version du film est limite inutile.
  • Le visage de Riley est trop ressemblant à d’autres personnages du même genre, comme la petite fille dans la saga de Clochette pour ne citer qu’un exemple.

Articles associés

Daya

A propos de Daya

Passionnée par l'animation, et particulièrement par Disney, j'aime beaucoup les films d'animation d'hier et d'aujourd'hui. Je suis la créatrice de ce blog et du site internet "Disney Magie".
Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>